Résister grâce à la DeFi : comment je survis avec une inflation de 50 % en Argentine

En vivant en Argentine mais en étant payé en DAI, Mariano peut accéder aux systèmes financiers qui ne sont normalement pas accessibles aux argentins. Par son exemple, il montre comment le mouvement de la DeFi (la finance décentralisée) sur Ethereum a bien fonctionné ces deux dernières années, en tirant parti du DAI et des plateformes de prêt ; ainsi que la façon dont ces services sont en train de changer la réalité financière au sein des pays émergents. Quelqu’un qui est payé en cryptos en Amérique du Sud peut avoir accès à des monnaies plus stables que celles disponibles localement, avec de meilleurs taux d’intérêt. C’est en train de se produire et cela s’étend de jour en jour. 

Cet article est la retranscription et traduction, par Jon Otherbright, de cette vidéo : https://slideslive.com/38920018/living-on-defi-how-i-survive-argentinas-50-inflation

Par Mariano Conti

Je m’appelle Mariano Conti de la fondation Maker et je vous présente “Résister grâce à la DeFi : comment je survis avec une inflation de 50% en Argentine”. C’est le titre que j’ai proposé lorsque j’ai soumis cette présentation il y a deux mois [aux organisateurs de la Devcon 5, ndlr]. Il y a quatre mois j’ai juste tracé les contours de ce que j’allais dire, voici le titre que j’avais choisi : “comment je survis avec une inflation de 40% ?”. Et si nous retournions deux jours avant aujourd’hui, malheureusement, cette présentation s’intitulerait “comment je survis avec une inflation de 55% en Argentine” ; et autant vous dire qu’il reste trois mois avant de terminer cette année. Je ne sais pas comment va se conclure cette histoire.

Mais peu importe, comment ai-je survécu à l’inflation en Argentine ? Vous devez probablement le savoir, je ne vais pas y aller par quatre chemins : j’ai été payé en DAI. C’est tout. Je suis payé avec une cryptomonnaie stable, qui est indexée sur le dollar US. Le dollar est quelque chose auquel les Argentins tiennent vraiment beaucoup, même si certains aux Etats Unis pourraient dire que c’est une monnaie inflationniste en soi. Il a ses propres problèmes effectivement. Pour quelqu’un en Argentine, en somme, ces problèmes sont négligeables. 

Mais permettez moi de faire un retour en arrière, c’est le programme pour aujourd’hui, je vais faire un résumé de l’état de l’économie argentine ces dernières années, ce ne seront pas des graphiques ou beaucoup de chiffres : je vais juste vous raconter une histoire, celle de l’avènement des cryptos, celle qui est mienne. Et je vais vous raconter ce que la DeFi peut faire pour nous dès aujourd’hui : si vous réussissez à voir la présentation de Rune [Christensen, cofondateur et CEO de MakerDAO, ndlr], sa présentation parle beaucoup du futur, la mienne traite du présent. Tout ce que je vais dire est entièrement vrai, tout du moins de mon point de vue. Il va y avoir un mensonge, mais je ne veux pas l’appeler ainsi ; appelons le un “twist”, je le réserve pour la fin, donc, commençons. 

Argentine, fin 2011, je vivais à Mexico. Jusqu’en 2010, il y avait une économie florissante. On ne le ressentait pas forcément ainsi, mais une fois que je me suis trouvé en Argentine, la situation a vraiment commencé à se détériorer. Nous avions des contrôles de capitaux, il est devenu très difficile d’avoir accès au dollar US. Il a commencé à y avoir un marché noir secondaire. Le gouvernement disait que le dollar US valait X et le marché noir indiquait qu’il correspondait à Y. Et si vous travailliez pour une entreprise étrangère le gouvernement essayait de prendre vos dollars et tentait de les acheter au taux officiel, qui était très bas. Les gens ont alors commencé à trouver une multitude de différents moyens d’accéder au dollar. Je ne vais pas toutes vous les décrire, mais laissez moi vous dire que les Argentins sont plein de ressources quand il s’agit d’acquérir des dollars et d’autres monnaies qui sont bien meilleures que le pesos argentin. 

Des souvenirs de 2001 me reviennent, à propos du Corralito [nom populaire donné aux mesures économiques argentines qui ont été prises à ce moment là, ndlr], le gouvernement a purement et simplement décidé de geler certains comptes bancaires et de laisser seulement un tout petit peu de liquidités en sortir chaque mois. Ils ont “pessifié” [convertis en pesos de façon forcée, ndlr] absolument tous les comptes bancaires en dollar. Ils ont alors dévalué le pesos. Ça a été un désastre complet. Vous le savez peut-être, en Argentine la culture du travail faisait que les travailleurs des entreprises étrangères le soient en tant que freelance : nous avons beaucoup de connaissances techniques, je vois un certain nombre d’entre vous présents ici-même [à la Devcon 5 à Osaka, ndlr], et quelques uns d’entre nous, autour de 2011/2012, se sont demandés “comment allons nous être payés ?”. Évidemment, la réponse était, en bitcoins. 

Beaucoup d’entre nous se faisaient payer en bitcoins au début, et cela a très bien marché pour les gens qui utilisaient ce système autour de 2012 / 2013 / 2014. Mais je discutais avec quelques amis, il y a peu, nous nous rappelions de ceux qui sont entrés dans ce système tôt, mais pas ceux qui sont arrivés en 2018, s’ils ne pouvaient pas échanger leurs bitcoins contre des pesos dans les quelques jours suivants, leur salaire pouvait être réduit de 20 %. Et alors ce que cela nous a permis, c’était de nous protéger du système, avoir accès à une économie qui était quelque peu indisponible pour beaucoup de monde ; mais bien sûr, ce moyen comportait de la volatilité. 

Pour lors, je vais vous raconter ce qu’il en est en Argentine actuellement. Le contrôle de capital est en train de faire son retour, malheureusement. Il va bientôt y avoir une élection, et les marchés ont plus ou moins annoncé que les choses pourraient mal se terminer. Ainsi, le gouvernement est déjà en train de mettre en place un plafonnement sur combien de dollars US nous pouvons acheter, et depuis, puisque tout dépend du dollar US en Argentine, cela commence à être un peu difficile. 

Le mois dernier, la banque centrale a commencé à publier dans un bulletin officiel une liste de noms associés à l’équivalent des numéros de sécurité sociale. Ce sont les noms et les numéros de sécurité sociale des gens qui ont acheté plus de dix milles dollars US, principalement en divulguant leur identité à tout le pays, afin de leur nuire. Une autre chose qu’ils sont en train de faire, si vous travaillez pour une entreprise étrangère et si vos factures sont en dollar US, c’est que quand vous recevez cette monnaie sur votre compte bancaire, vous avez l’obligation de liquider ces dollars en pesos dans les cinq jours. Et la plupart des gens, ce qu’ils font, c’est qu’ils rachètent à nouveau des dollars US, ils perdent environ sept pourcents du fait de la différence entre l’offre et la demande. 

La situation est en train de se dégrader, mais cette fois-ci, nous avons déjà vécu cette crise, je crois que maintenant nous sommes préparés à faire quelque chose contre ça. Et la réponse à ces mesures, tout du moins pour moi et tous ceux que j’essaie d’inciter à faire pareil, est le DAI ; parce que le DAI, pour nous, les personnes qui vivons dans ce genre de pays et d’économie, est une meilleure monnaie. Il a tous les avantages des cryptomonnaies mais dont la valeur est liée à une monnaie qui nous est très très chère et qui a des implications, et des propriétés importantes que nos monnaies locales, au moins actuellement, n’ont pas et qu’elles ne pourraient éventuellement jamais avoir. 

Ainsi, rentrons un peu plus en détail dans mon histoire avec les cryptos. Comme je l’ai dit, j’ai vécu au sein des cryptos pendant cinq ans. J’ai commencé en fin 2014 en étant payé en bitcoins, pour échapper aux contrôles de capitaux, comme je l’ai déjà dit. Puis j’ai trouvé Ethereum en 2015 et j’ai plus ou moins tenté le tout pour le tout. En 2016 j’ai décidé que j’allais travailler pour le meilleur projet qu’il y avait sur Ethereum et par chance j’ai trouvé Maker, pour lequel je travaille depuis 3 ans. Un des jours les plus heureux de ma vie fut quand nous avons déployé la version alpha du DAI à garantie unique, appelée SAI [single collateral DAI, ndlr] ; et quelques semaines après cela, j’ai reçu ma première paye à 100% en SAI. C’était un jour assez extraordinaire, quelques mois après avoir déployé le DAI que vous connaissez et utilisez maintenant tous les jours. Le mois d’après ma paye était à 100% en DAI, et ça a été ainsi jusqu’à maintenant. 

Ceci est aussi vrai, j’y réfléchissais l’autre jour, je n’ai jamais acheté de cryptos avec de la monnaie FIAT, de toute ma vie, jamais. Les moindres jetons que j’ai, je les ai gagnés avec mon travail ; et c’est quelque chose dont je suis très très fier. Rentrons encore plus dans les détails personnels, alors, que fais-je de ma paye ? Il y a deux mondes, le monde des FIAT et celui des cryptos. Nous ne pouvons pour l’instant pas aller dans un magasin et acheter ce qu’on veut avec le DAI ou avec l’ether, mais encore, avec le bitcoin. Nous n’en sommes pas là actuellement, mais ce que nous pouvons faire, c’est en convertir une fois par mois, en pesos, juste le strict minimum, pour payer le loyer, pour payer les courses, etc. J’utilise une carte de crédit que j’épuise entièrement, je la maintiens autant que possible proche du zéro. C’est comme si j’étais allergique au pesos argentin, du coup j’essaie de l’éviter. Puis dans la cryptosphère, comme tout le monde le fait, j’achète de l’ETH je garde mes positions sur DAI au sein de plateformes comme Compound, dYdX, Nuo, TokenSets, Dharma et je gagne des intérêts sur une monnaie stable. Je reconnais qu’il y a des risques, les risques liés à la plateforme, les risques liés aux smartcontracts. Mais permettez-moi de vous dire ceci : si vous avez des pesos sur un compte bancaire argentin, les risques ne sont pas inexistants, ils sont en fait très élevés, je dirais, entre 20 et 50%. Il y a des risques donc je préfère plutôt vous faire confiance avec mes DAI, plutôt qu’au gouvernement argentin. 

Une autre chose qui est en train d’arriver, qui devient de plus en plus commune chaque jour, c’est qu’un grand nombre d’entre vous est payé en DAI, vos salaires le sont peut-être entièrement ou partiellement. J’ai discuté avec beaucoup d’entre vous, et les gens sont payés en DAI. Vous utilisez ces DAI pour les mettre sur Compound, gagner des  intérêts, et pour ceux qui habitent dans des pays comme l’Argentine ou le Venezuela, vous échappez à la volatilité liée à l’hyperinflation, vous échappez au contrôle des gouvernements défaillants avec une économie qui l’est tout autant. 

Ceci n’arrive pas seulement en Argentine, ceci arrive partout sur la planète. Ce que je dis souvent, c’est que si vous voulez voir ce que fait la crypto aujourd’hui, regardez vers les pays du sud, observez les économies émergentes. Tous les gens comme moi ont des histoires qui se ressemblent, parlez à ces personnes, apprenez d’eux, et essayez de construire le futur pour ce genre de personnes. C’est quelque chose que nous faisons à la fondation Maker, en travaillant avec des entreprises locales venant d’un certain nombre de pays d’Amérique latine que je n’ai pas encore mentionnés, comme le Mexique ou le Brésil ; en aidant les plateformes d’échange et nos propres entreprises, en créant des points de vente, en travaillant avec les wallets [portefeuilles, ndlr] qui supportent le DAI, et le plus important, en instruisant les gens, les informer est la clé du succès. Je dis “nous”, c’est personnel, je veux que tout le monde puisse gagner et économiser des DAI. J’essaie d’inciter autant de personnes que possible à le faire. 

Et voilà, nous arrivons au twist, ça n’est pas un très grand twist, mais je l’apprécie quand même. J’ai mentionné tout ce que je fais, gagner de l’argent en DAI, en placer sur Compound : il y a beaucoup de personnes en Argentine que je connais qui font ceci, mais je vais plus loin. Je ne suis pas une personne classique, qui travaille pour une entreprise étrangère, et qui se fait payer simplement ; je suis là, à vous parler, à la Devcon, je travaille pour l’écosystème d’Ethereum, avec vous tous. Je peux aider à son amélioration, donc, que fais-je ? Je convertis tout ce que je gagne en Ethers, parce que je crois en ce projet. Quand je vous vois, je pense que c’est la chose à faire. Je suis un maximaliste. Même si ce serait peut-être mieux de simplement tout conserver en DAI, ce n’est pas ce que je vais faire. Je suis ici, je suis en train de rendre ce monde meilleur, et je convertis tout en ETH. Comme je l’ai dit à un de mes amis, “alors quelle est ta stratégie de trading ?”, et ce que j’ai dit, c’est “j’essaye d’en acheter un peu tous les jours”, c’est exactement ce que je fais : j’essaie d’en acheter un petit peu chaque jour ; grâce à vous tous, les core devs, ceux qui écrivent les EIPs [les propositions d’amélioration d’Ethereum, ndlr], je suis allé à tant de présentations aujourd’hui, les équipes qui travaillant sur Ethereum, les phases 0, 1 et 2, toute la communauté, les gens qui tweetent “ETH is money” [ETH est une monnaie, ndlr], encore, et encore, et encore. Même vous, je vous adore. C’est grâce à vous, et c’est pourquoi je vais continuer. Sachez le, un ETH fort, implique un DAI plus fort, le DAI est une version stabilisée de l’Ether, donc tout ce que nous allons faire, je pense, encourage l’écosystème du DAI. Et nous travaillons à ce que ça se passe mieux, au moins dans mon pays, en essayant d’extirper les personnes du système économique défaillant dans lequel ils sont. 

Maintenant, je voudrais que tous les Argentins ici présents, que je connais presque tous, se lèvent. Je veux tous vous voir, et vous voyez, il y en a beaucoup, la majorité d’entre eux ont des histoires très similaires à la mienne. À tous ceux qui ne se sont pas levés, je vous demande de tout simplement les regarder. Je parle de l’Argentine, parce que c’est ce que je connais, mais je pense qu’il y en a beaucoup qui viennent d’autres pays qui font face à ce genre de problèmes économiques ; regardez ces personnes qui se sont levées, et allez leur parler. Ce que j’ai dit aujourd’hui, c’est une anecdote, mais assez d’anecdotes, et ça commence à ressembler à des informations très sérieuses. C’est de cette façon que je le vois. Nous essayons d’organiser la DevCon 2020 à Buenos Aires, parce que nous savons ce que c’est que de vivre des cryptos. Je pense que c’est l’endroit où il faut qu’elle ait lieu, car vous savez tous que ce dont je parle, c’est ce que nous vivons tous les jours. Faites tout ce dont j’ai parlé, et surtout, tweetez #DevconBA2020.

Merci beaucoup. 

3
Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.