Glossaire du « crypto-trader »

Oyé, oyé ! Tu as découvert les crypto-monnaies, tu as lu et relu tous les articles d’ethereum-france, tu as créé ton compte sur une plateforme d’échange, tu as déjà opéré quelques trades. Bravo !

Mais récemment tu es allé sur des sites crypto-traders (comme reddit.com/r/ethtrader, bitcointalk.org, ou bien des slacks spécialisés…). Et là, impossible de mettre du sens aux phrases des initiés :

  • « Omg le sell wall de 95k, merci les whales, j’suis out de mon long et j’entre en short »
  • « 100% bullish on GNT, but no more fiat to buy the dip »

Petit trader en herbe que tu es, tu as cherché sur internet des traductions.. et tu es tombé sur des glossaires mais… en anglais. Alors l’anglais, ça peut aider, mais quand on n’est pas expert…. comprendre les subtilités, parfois ça peut être dur !

Ce petit glossaire ne couvre que les termes spécifiques au trading les plus fréquemment utilisés. Il n’est pas exhaustif, mais s’il y a des oublis ou des précisions à apporter, merci de les faire dans les commentaires !

Acheter / Vendre : 

Altcoin : Généralement n’importe quelle crypto-monnaie autre que Bitcoin ou Ethereum (certaines personnes argumenteront en disant qu’Ethereum est aussi un altcoin).

Arbitrage : tirer du profit de la différence de prix qu’il peut y avoir entre plusieurs exchanges. Exemple : le prix à l’instant t du bitcoin sur coinbase est de 2 000 $, alors que sur kraken il est à 1 990$. J’achète donc mon bitcoin sur kraken et le revend instantanément sur coinbase, pour un profit de 10$.

ATH : All Time High : Prix le plus haut jamais atteint. L’ATH pour l’Eth au moment où j’écris est de 414.76$ le 12 Juin 2017. Pour le BTC, il est de 2999.91$ le 6 Juin 2017.

Exchange (plateforme d’échange) : site internet où l’on peut acheter et vendre des crypto-monnaies. Petite liste (non exhaustive) des échanges les plus connus : Coinbase, GDAX, Gemini, Bittrex, Poloniex, Quadriga, Kraken…

FIAT (Monnaie fiduciaire) : aujourd’hui, désigne la monnaie émise par les banques centrales, qui repose sur la confiance que l’on a en ces institutions émettrices. Exemple : $, €, £…

ICO : Initial Coin Offering (Offre initiale de jetons) : peut s’apparenter à une levée de fonds pour un projet en lien avec la blockchain. Des start-ups font une ICO, pendant laquelle les investisseurs peuvent acheter des tokens (propres au projet de la start-up). Généralement, la start-up distribue la plupart des tokens et en garde quelques-uns pour les besoins de financement ultérieurs. En effet, ces tokens sont généralement échangeables sur des exchanges, contre d’autre crypto-monnaies ou des monnaies FIAT. Récemment il y a eu une ruée aux ICO car on peut enregistrer de gros profits grâce à elles, et c’est un moyen facile pour une start-up de se financer… mais attention aux risques et ne mettez pas votre argent n’importe où !

Limit buy : Ordre d’achat placé par l’investisseur pour acheter des crypto-monnaies à un prix fixé à l’avance.  Exemple : je place un limit buy de 100€ à 0.01€ / unité. Le prix courant est de 0.012€. Tant que le prix ne sera pas descendu, mon ordre ne s’exécutera pas ; et quand bien même le prix descendrait à 0.010 €/ unité, il n’est pas sûr que l’entièreté de mon ordre soit exécuté : peut-être que mon ordre ne sera pas totalement rempli et n’achètera que pour 10€ à 0.010 et puis le prix remontera !

Limit sell : Ordre de vente pour vendre des crypto-monnaies à un prix fixé à l’avance. A opposer au limit buy !

Market Buy : ordre d’achat au meilleur prix de marché à l’instant de l’achat. Exemple : je place un market buy à 100€. Je ne détermine pas le prix auquel j’achète ; j’achète au prix du marché. Si le prix du marché est de 0.02€ / unité, j’achèterai instantanément 100 / 0.02 = 5 000 unités, et l’entièreté de mes 100 euros seront investis.

Market cap : équivalent de capitalisation boursière : sert à estimer la taille d’une crypto-monnaie. On prend le nombre d’unités en circulation de la dite monnaie, que l’on multiplie par le prix courant de cette crypto-monnaie : on obtient là le market cap de cette crypto-monnaie. A l’heure où j’écris, le market cap de l’ETH est de : 93 019 795 * 283.4$ = 26 362 181 902 $

Market sell : ordre de vente au meilleur prix de marché à l’instant de la vente. A opposer au market buy.

Margin trading : le fait d’emprunter de l’argent pour faire du trading. A pour effet d’amplifier les gains et pertes : en effet si le marché joue en notre faveur, on gagne plus, mais si le marché ne joue pas en notre faveur, on perd plus (car on doit rembourser les sommes empruntées…).

Long position : miser à la hausse en utilisant le margin trading. C’est-à-dire emprunter de l’argent en date t, en espérant qu’en date t+1, le prix ait augmenté et que vous puissiez les vendre en dégageant en profit (et en remboursant les montants empruntés).

ROI : Return on Investment (retour sur investissement) : Calculé en faisant (profit réalisé / montant investi). Un ROI de 100% signifie que l’on a doublé sa mise de départ.

Sell wall / buy wall : Sur les exchanges, chaque acteur place des ordres de vente et/ou d’achat. Lorsque le prix de vente est égal au prix d’achat, un trade (un échange) a lieu. Tous ces ordres vont dans ce que l’on appelle un « order book », ou un « livre des ordres ». On peut alors regarder ce que l’on appelle le « depth chart » : en vert, les ordres d’achat, en rouge les ordres de vente. En abscisse le prix, en ordonnées le nombre d’unités : dans l’image ci-dessous, si l’on veut arriver au prix de 334$, il faudra acheter pour (approximativement, à lire à sur l’ordonnée de droite) 100 unités. Puisque chaque unité est à ~ 333.5 euros, il faudra débourser environ 100*333.5 = 33 350$ !

Un sell wall est littéralement un mur de vente : un gros ordre (ou plein de petits ordres tous au même prix, c’est pareil) à un prix déterminé…. ça fait, graphiquement, un énorme mur rouge, comme sur cette photo : 

Le même genre de mur peut apparaître dans le vert aussi : on parle alors de buy wall. J’espère que c’est plus clair !

Short position : miser à la baisse en utilisant le margin trading. C’est-à-dire emprunter des cryptos et les vendre en date t, pour ensuite les racheter à prix plus bas en date t+1 (si le cours a baissé !). Une fois les cryptos rachetées à prix moins cher, on rembourse les cryptos empruntées, et on génère un profit égal à (différentiel des prix) * unités  – (prix de l’emprunt).

Stop Buy : Un ordre qui est exécuté lorsque le prix dépasse un certaine limite. Exemple : Le prix de XX est à 50€. Je me dis que je ne veux pas en acheter, sauf si le prix dépasse 70€ (parce que si le prix dépasse 70€, je me dis qu’on rentre dans une phase haussière (bull market), et que le prix va monter pour de bon !). Je place donc un stop buy à 70€.

Stop Loss : Un ordre qui est exécuté lorsque le prix passe en-dessous d’une certaine limite. C’est le cas contraire au stop buy : le prix est à 50€. Je ne veux pas vendre à ce prix, sauf si le marché fait une chute forte. Je place donc une stop loss à 35€, car je me dis que si le prix passe en-dessous de 35€, c’est que ça sent le roussi et qu’il vaut mieux quitter le bateau avant qu’il ne coule !

TA : Technical Analysis (analyse technique) : Fait référence aux analyses des graphes, en mêlant droites, cercles, triangles, dans le but de prédire les mouvements futurs du marché.

Tokens (jetons): jetons propres à différents projets. Ces projets sont créés et déployés sur le réseau Ethereum, et les tokens suivent généralement un standard, appelé “ERC20”. Ne pas confondre ces tokens (par exemple GNT, REP, ICN) avec d’autres altcoins indépendant d’Ethereum (FCT, XRP, LTC par exemple).

 

Mouvements de marché : 

Bear market (marché d’ours): marché à tendance baissière (l’inverse de bull market). On peut aussi entendre “bearish”, et par extrapolation “I’m bearish on XX”, se traduisant par “je ne suis pas confiant sur XX”.

Bull market (marché de taureau): marché à tendance haussière (prix qui montent). Comme vous pouvez vous en douter, on peut lire “bullish”, et l’extrapolation “I’m bullish on XX” ou “XX looks bullish”.

Candle (Bougie): fait référence au bâtonnets rouges et verts que l’on voit sur les charts. Pour rappel du fonctionnement de ces bougies : chaque bâtonnet représente une durée (1 min, 5 min, 30 min, 1h, 1j…). Un bâtonnet vert indique qu’entre le début (prix d’ouverture) de cette durée et la fin (prix de fermeture), le prix a augmenté. Un bâtonnet rouge, à l’inverse, indique que le prix a baissé. Exemple : à 16:00 : le prix est de 100€. A 16:29 le prix est de 90€. A 16:59 le prix est de 110. Mon bâtonnet de 30 minutes entre 16:00 et 16:29 sera rouge : le prix a baissé ! Le deuxième bâtonnet de 30 minutes, entre 16:30 et 16:59 sera vert : le prix a augmenté ! Le bâtonnet de 1h sera vert, car entre 16:00 et 16:59 le prix a augmenté !

Chart (Graphique) : Fait référence aux courbes des prix que l’on voit souvent.

Correction : Le changement brutale de prix que peut connaître un actif suite à une hausse ou à une baisse relativement longue de son prix. A cause d’effets psychologiques (comme le FOMO), parfois certains actifs peuvent être surévalués (ou sous-évalués), et une correction du prix afin qu’il retrouve sa vraie valeur peut survenir.

Dip (chute) : Désigne le creux qu’il peut y avoir parfois : le prix peut subitement perdre 20% de sa valeur en quelques minutes et les regagner tout de suite après. On dit alors que le prix a eu un dip : vous entendrez souvent « buy the dips » !

Stack : Désigne l’ensemble des crypto qu’un investisseur possède. Exemple : « Aujourd’hui j’ai vendu à l’ATH et j’ai racheté pendant le dip : j’ai augmenté mon stack de 20% !  »

 

Acteurs et leurs comportements : 

Automated Trading (ou bot trading) : Trading fait part un ordinateur ou des ordinateurs (souvent appelés bots). Les ordinateurs suivent des stratégies prédéfinies (ou dans certains cas, des stratégies issues du machine-learning) par le programmeur.

Day Trading : Un trader qui fait des achats / ventes tous les jours : à opposer à un investisseur sur le long terme, qui achète une fois et qui hodl pendant longtemps.

DCA : Dollar Cost Average : Le fait d’investir régulièrement, peu importe le prix, afin d’étaler les risques. Exemple : j’ai 1 000 € à investir. Soit je prends le risque de les investir tous d’un seul coup maintenant. Si le prix tombe demain, je regretterai de ne pas avoir acheté demain. Ce que je peux faire, c’est étaler les achats : je vais acheter pour 100€ aujourd’hui, 100€ demain, 100€ après-demain et ainsi de suite jusqu’à ce que j’ai investi mes 1 000€. Résultat des courses.: j’ai dilué mon risque en achetant sur une plus longue période.

FOMO : fear of missing out : (peur de louper). La sensation qui peut survenir lorsque le prix commence à décoller et que vous sentez que vous allez louper le coche. Peut mener à des effets pervers de groupe : le prix monte, les investisseurs voient le prix monter et décident donc d’acheter, de peur de louper le coche. Puisqu’ils achètent, le prix continue à monter, et d’autres investisseurs arrivent… s’en suit donc un cercle vicieux, qui peut se terminer en l’éclatement d’une bulle (que certains appelleront correction).

FUD : Fear, Uncertainty and Doubt (Peur, incertitude et doute). Le fait de faire circuler des idées négatives sur un projet, dans le but de voir le prix baisser. L’inverse de pump. Exemple : “Le projet XX sert à rien, il ne va jamais aboutir, vous feriez mieux de vendre parce que ce projet n’a aucun avenir”

FUDster : quelqu’un qui FUD.

Pumping : le fait de faire de la pub pour une certaine crypto-monnaie sans avoir d’argument valide pour argumenter, exclusivement dans le but d’inciter les autres à investir afin que les prix montent.  Exemple : “Le nouveau coin ‘XX’ va révolutionner le monde, il va soigner le cancer et régler les problèmes d’accès à l’eau, la nourriture et l’électricité pour tous les habitants de la planète, il faut l’acheter maintenant !”.

Pump & Dump (Pomper et larguer) : une manipulation de marché, généralement opérée par un whale ou un groupe de whales qui consiste à acheter d’énormes quantités d’une certaine crypto-monnaie, afin de faire monter les prix. Une fois les prix gonflés et les investisseur pris par le sentiment de FOMO, la technique consiste à vendre tous les achats faits précédemment. Le prix commence alors une longue chute, liée au fait qu’il n’y a plus d’acheteurs ; les investisseurs se rendent alors compte de l’entourloupe, mais il est bien trop tard…

Whale (baleine) : Quelqu’un qui détient beaucoup de crypto ou beaucoup d’argent, qui peut donc avoir un impact significatif sur le cours. Exemple : “t’as vu le sell wall, un whale qui se débarrasse de son stack

Autres :

The Flippening : le moment (s’il arrive) où le market cap de l’ETH dépassera celui du BTC. Petit lien utile !

Hodl : vient du mot “hold”, qui veut dire “tenir”. C’est le fait d’investir dans une crypto-monnaie et de ne pas la vendre pendant longtemps (voir ne jamais la vendre pour certains cf. ci-dessous).

Moon (lune) : fait référence à une montée des prix subite que peut connaître une crypto, comme on pourrait dire en français « son prix a décollé » ! On emploie alors le terme « moon », ou « mooning » ou « lift-off » … pour désigner le fait que le prix semble avoir décollé et qu’il ne s’arrêtera qu’une fois la lune atteinte ! Mais attention, parfois ce n’est pas si glorieux que ça… (#RIPchallenger1986).

 

Ce glossaire s’est inspiré de : ici et  

Scott Piriou

Etudiant en mathématiques, Ethereum maximalist, crypto-investor !

12 Responses

  1. ByteProphet dit :

    Est-ce là le seul véritable intérêt des crypto-monnaies aujourd’hui ? L’appât du gain, en usant des mêmes pratiques spéculatives que celles des marchés traditionnels. C’est triste.

  2. Parentibule dit :

    C’est cool la trad mais il faudrait faire un peu plus complet avec le glossaire que tu mets en lien.
    Le truc que j’ai du mal à comprendre, ce sont les ordres plus complexes : Stop Loss, Take Profit Limit (en buy et sell) ou trailing stop limit. Dans le second cas, en sell, je pensais pouvoir déclencher le trailing stop qu’à partir d’un certain seuil mais ça ne semble pas être ça.

    • Scott Piriou dit :

      Bonjour Parentibule,
      Je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu veux dire pas « plus complet avec le glossaire que tu mets en lien » ?
      Je n’ai pas voulu copier/coller et j’ai choisi les termes que je voulais traduire dans l’optique de faire un glossaire accessible et consacré entièrement au trading (je ne parle ni de Casper ni de PoW ni de sujets reliés à la blockchain). Je suis preneur de conseils donc si tu peux développer ça me ferait plaisir !

      Le Stop Loss exécute un market order lorsque le prix de marché arrive au prix que tu as indiqué dans ton ordre initial.
      Le Take Profit est un peu plus subtile : mettons que j’achète un BTC à 100€. Je voudrais le vendre une fois que le prix atteint 120€. Je place donc un Take Profit Limit : Profit price à 120€, Limit Price : 120€. Je pourrais faire la même chose en plaçant tout simplement un Limit sell à 120€, donc rien de super fascinant. Cependant, si je veux vendre au prix de marché lorsque le highest bid atteint 120, c’est là le take profit prend son sens : je place le take profit (pas limit) à 120€. Lorsqu’un acheteur passera un ordre à 120€, mon take profit se déclenchera : je filerai son ordre, et le reste au market price, je serai donc sûr d’avoir vendu la totalité de mon BTC (avec une moyenne de prix potentiellement en-dessous de 120€, dépendant de la taille de l’ordre d’achat de l’ordre à 120€).

      Le trailing stop te permet de suivre la vague ; en fait il se n’active que lorsque le prix s’écarte d’un pourcentage que tu as défini (stop offset), et ce par rapport au minimum / maximum de ton ordre.
      Je m’explique : j’achète 1 btc à 100€. Je pense que si le prix retombe à 90€ c’est très mauvais signe et qu’il va plonger plus bas : je songe donc à mettre un stop loss sell à 90€ (ou 10%). Maintenant, le prix monte : le btc passe à 120€. Mon ordre stop loss est toujours d’actualité, mais maintenant ce n’est plus 90€ qui me fait peur mais 108 € (une chute de 10%). Je suis obligé d’arrêter mon ancien stop loss et d’en replacer un nouveau… c’est usant..
      C’est là que le trailing prend tout son sens : le trailing va me permettre de suivre le cours, et d’opérer un stop order par rapport au prix maximum atteint ! Si on reprend l’exemple précédent, lorsque j’achète mon btc à 100€, je devrais placer un trailing stop (sell) à 10%. Tant que le prix monte, il ne se passe rien ; dès que le prix retombe de 10% par rapport à son prix maximal, mon ordre est exécuté ! (en market si c’est un simple trailing stop, en limit si je place un trailing stop limit !). J’espère avoir été clair !

      • Parentibule dit :

        Tu as entièrement raison pour ton glossaire : vu le titre de l’article, les autres termes sont HS. Donc finalement il faudrait que tu fasses un autre glossaire 🙂
        Pour les types d’ordre, merci beaucoup pour tes explications. Mais ceux que tu décris, je les utilise déjà (bon, ça servira à d’autres et tu peux probablement à rajouter à ton glossaire). Lorsque je parle de « Stop Loss, Take Profit Limit » et « trailing stop limit » c’est juste ces ordres précis.
        J’ai posé la question sur un site de trading forex, ils n’ont pas su me répondre (ça leur parait contradictoire comme ordres).
        Donc : stop loss, ok, take profit, ok, mais take profit limit, bof. Tout comme traling stop, ok (c’est mon favori), mais trailing stop limit, bof.
        J’ai cru qu’il s’agissait de permettre de déclencher le take profit et le trailing stop qu’à partir d’un seuil de déclenchement. Mais déjà, ça n’a pas trop de sens pour le take profit. Pour le trailing stop, ça pouvait théoriquement être ça : je veux trailing stop à -5% si le cours a préalablement dépassé +20%.

        • Scott Piriou dit :

          Le fait de rajouter limit à la fin d’un ordre indique le type d’ordre que ça va être. S’il n’y a rien d’indiquer, ça va être un market order, si c’est un limit alors ça sera un limit order, donc un ordre au prix que tu auras préalablement fixé.

          Pour que ça soit plus clair : le stop loss limit, et le take profit limit je les ai expliqués plus haut (en version market et non en limit, donc l’ordre déclenché lorsque les conditions sont remplies sera un achat au prix de marché. Bien entendu, maintenant qu’on parle de version limit, l’ordre déclenché sera au prix que tu as fixé, pas au prix de marché).

          Le trailing stop limit, c’est pareil, c’est la version limit du trailing stop market, c’est-à-dire que plutôt que d’acheter au prix de marché, il placera un ordre au prix que tu as indiqué.

          Je note aussi qu’il y a un un ordre dit « combiné » qui peut peut-être te troubler : c’est le « stop loss, take profit » (et donc le « stop loss, take profit limit »).
          La version simple : « stop loss, take profit » (version sell) agit de la sorte : si le prix de marché atteint le stop prix, place un ordre de vente au prix de marché. Si le prix de marché atteint le take profit price, exécute une vente au prix de marché. L’avantage c’est que les deux sont combinés : si le stop loss est atteint et que tes actifs sont vendus au prix de marché, le take profit disparaît et inversement, si le profit price est atteint, le stop loss disparaît). Très utile quand on veut placer un ordre qui agira et à la hausse, et à la baisse ! 🙂

          La version limit, donc le « stop loss, take profit limit » : exécute un ordre de vente au prix de marché si le stop price est atteint (donc pareil que la version classique), mais exécute un limit order au profit price quand le prix de marché atteint le profit price. La différence avec la version classique donc est que quand le market price atteint le profit price, la version limit placera un ordre limit, qui sera donc potentiellement partiellement rempli, là où la version classique exécutera un market order, avec potentiellement un prix d’achat (ou de vente dépendant de l’ordre) moyen plus haut que celui du limit, mais qui sera totalement remplis.

          Dis-moi si c’est pas clair, j’espère avoir répondu à tes questions ! 🙂

  3. Parentibule dit :

    J’ai presque compris 🙂 Donc lorsque je fais un trailing stop limit, je dis par exemple que je vends si -20%, sur une fourchette (mon limit) de 0.1€ ou 0.1% ?
    Donc il n’est pas possible de faire ce que je veux, à savoir vendre si -5% mais seulement après que le cours est préalablement pris 10% ?
    Et j’abuse clairement avec une dernière question : lorsque l’on achète, tout est inversé ou pas ? Si j’achète en trailing stop, il achète quand ça monte, ou il achète toujours quand ça descend ? Parce qu’après, acheter en take profit, ça n’a pas vraiment de sens, si ?
    En tout cas, merci déjà d’avoir passer du temps à me répondre ainsi.

    • Scott Piriou dit :

      Oui, sur un trailing stop limit sell, tu dis en fait « tant que ça monte je ne fais rien, et dès que le prix baisse de -20%, je place l’ordre que j’ai indiqué ». L’ordre que tu as indiqué sera un ordre limit, soit (comme tu l’as dit) en pourcentage, soit en « dur ». Il n’y a pas de notion de fourchette cependant, c’est vraiment un prix fixe. Donc l’ordre fait « si ça descend de 20%, vend à ce prix fixe là »
      Si tu veux vendre à -5% lorsque le prix a pris 10%, tu places un take profit limit : ton profit price est à +10%, ton limit price est à -5% (ton limit price se base sur le profit price, donc tu seras à -5% du +10%). Exemple : j’achète un XBT à 100. S’il passe à 110, je veux placer un limit order à 104.5. Je place donc un take profit limit : 10% en profit price est -5% en limit price.
      Bien entendu, tout est inversé en buy. Ton stop offset en trailing stop buy ne peut être que positif, et ton stop offset en trailing stop sell ne peut être que négatif 🙂
      Je t’en prie 🙂

  4. Parentibule dit :

    Eh bien c’est parfait 🙂 Juste dommage que l’ordre que je voulais n’existe pas mais ce n’est pas trop de ta faute 😉
    Encore merci.

    • Parentibule dit :

      En fait non (tu me dis si je deviens lourd). Quand je prends trailing stop limit, j’ai un champ « limit offset » (+/- offset or percentage relative to trigger price.) Il ne s’agit donc pas simplement de vendre à prix fixe. Et je ne vois pas trop ce qu’ils entendent par trigger price (prix de déclenchement, ok, mais quel déclenchement ?)

      • Parentibule dit :

        Oui, non, en fait c’est bon. Avec cryptowatch, en faisant des ordres avec 1 XLM (par exemple), on voit ce que ça donne sur le graph, ce qui permet de comprendre ce qu’il se passe.

        • Scott Piriou dit :

          J’allais tout juste te répondre ! Si c’est bon pour toi alors parfait 🙂 (et merci pour l’info sur cryptowatch!:))

  1. 5 juillet 2017

    […] > Article de Biliklok à lire sur ethereum-france.com […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :