Retour sur la Berlin Blockchain Week 2019

Retour sur la Berlin Blockchain Week, une semaine de conférences, soirées, hackathons organisée autour de trois événements : Web3 Summit, Dappcon ‘19 et ETHBerlin.

Web3 Summit

Le Web3 Summit s’auto-définit comme «organized around a single rallying call: to facilitate a fully functional and user-friendly decentralized web. ». Il s’agit donc d’une conférence entièrement dédiée à l’idée de « Web3 », l’internet décentralisé, avec tout ce que ce concept charrie d’imaginaires et d’expérimentations autour de la cryptographie et de l’idéal cypherpunk : blockchains, DAOs, stockage, identité décentralisée, etc. 

Essentiellement non technique, la conférence poursuit trois buts :

  • offrir une tribune publique à des « têtes pensantes » de l’écosystème, qui leur permet d’exposer leur vision.
  • rencontrer et de débattre en « off » sur les sujets brulants du moment.
  • faire la promotion de Polkadot, le projet de Parity, organisateur de la conférence, qui se présente comme un « Ethereum-killer ».

Cette année, le Web3 Summit a accueilli le second jour des invités exceptionnels : Edward Snowden (en visioconférence), Richard Stallman de la Free Software Foundation ou encore Jillian York de l’Electronic Frontier Foundation qui ont chacun exprimé leurs espoirs et leurs critiques sur le mouvement qui s’est formé autour des blockchains publiques et de la promesse du « Web3 ».

Toutes les interventions de cette conférence sont disponibles sur cette page : https://www.youtube.com/channel/UClnw_bcNg4CAzF772qEtq4g

Dappcon ‘19

La dAppcon est une conférence focalisée sur les usages des blockchains programmables, comme Ethereum. Elle est organisée pour la deuxième année consécutive par Gnosis, une société fondée en 2017 qui développe un certain nombre de produits dans l’écosystème Ethereum – notamment un marché décentralisé, un wallet mobile (Gnosis Safe) et un espace de coworking (Full Node). Assez proche de l’esprit d’EthCC, son coeur de cible est la communauté des développeurs Ethereum, mais pas uniquement – et à l’image d’EthCC, l’édition de cette année étant un grand succès, avec plus de 1200 inscrits (contre 400 en 2018). 

En terme de sujets couverts, la DeFi ou Open Finance – devenue ces derniers mois la coqueluche des VC du secteur – était beaucoup moins à l’honneur que l’on aurait pu l’anticiper : il s’agissait visiblement d’une conférence centrée sur les fondamentaux techniques et finalement assez peu concernée par les cas d’usage financiers.

In fine, les sujets brûlants de cette année étaient grosso modo les mêmes que ceux de l’année dernière : mise à l’échelle des blockchains publiques, onboarding et interface utilisateur, blocages juridiques, etc. Cela conduit naturellement à faire naître une légère impression de stagnation. Mais celle-ci s’éloigne assez vite lorsqu’on prends le temps d’écouter les interventions : l’ensemble est mieux travaillé, plus professionnel et dans l’ensemble les projets présentés sont plus proche de l’aboutissement qu’en 2018. 

Malgré cette impression de déjà-vu, un sujet presque tombé dans l’oubli était, pour le coup, très à l’honneur : les DAOs. Bien amoché par le fiasco de « The DAO », le concept avait été un peu mis sous le tapis ces dernières années. Mais comme de nombreux analystes l’anticipaient, cette année est bien celle du renouveau de cette idée forte, en tout cas dans la communauté Ethereum. MolochDAO, DxDAO, MetaCartel DAO, Melon DAO et même des DAO constituées juste pour le hackathon EthBerlin, les projets pullulent et montrent un fort regain d’intérêt, bien aidé par les énormes progrès réalisés par des projets comme DAOStack ou Aragon qui permettent dès maintenant de déployer des structures en quelques clics…

La séance de clôture a réuni Vitalik Buterin (fondateur d’Ethereum), Joe Lubin (fondateur de ConsenSys), Ryan Selkis (CEO de Messari) et Stephen D. Palley (avocat, Anderson Kill P.C.) autour d’une passionnante discussion : Quels sont les objectifs du mouvement autour d’Ethereum? Quels sont les indicateurs de son succès ? Les réponses variaient évidemment d’un intervenant à l’autre – l’ensemble, très instructif, est à voir !

Toutes les vidéos de la Dappcon sont disponibles sur cette page : https://www.youtube.com/channel/UCruCCeCNWBAM7JI-xAMtXpQ/videos

EthBerlinZwei

En marge de la Dappcon, dans les mêmes locaux, une autre conférence se tenait avec un esprit davantage hacker / libertarien et, malgré son nom, moins centrée sur Ethereum : EthBerlin. Panels sur l’interopérabilité et la collaboration entre équipes avec des représentants de Ethereum Classic, Cosmos et Waves, débat entre Martin Kopplemann (Gnosis) et Udi Wertheimer (autoproclamé « bitcoin maximaliste toxique »), accent sur la vie privée et l’impact social de la blockchain… et un panel sur les memes tenu par des peluches (oui oui). L’esprit était clairement moins policé et plus disruptif, dans le sens premier du terme – on osera dire rafraichissant !

Toutes les vidéos sont disponibles sur ce compte YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCsdFvJOMJAcFzSsKnmgnaLQ

Ces conférences étaient le prélude au hackathon proprement dit. Sur celui-ci, auquel nous n’avons pas assisté, vous pouvez lire le compte-rendu de Blockchain Studio : https://medium.com/blockchain-studio/back-from-hackaton-ethberlin-zwei-b1ed91618045

0
Comments

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.