Ethereum en août ’18 — moins d’ether mais plus de hard‐forks

Le mois d’août fut riche sur Ethereum : énormément de travail effectué sur le protocole pour la préparation du hard‐fork Constantinople prévu fin octobre, quelques débats houleux, et en général beaucoup d’actualité pour les différents projets !

Merci à Evan Van Ness pour l’inspiration de Week in Ethereum et Jerôme de Tychey pour la relecture.

Moins d’ether pour les mineurs à Constantinople

La question du nombre d’ether émis par bloc fut indéniablement le feuilleton qui a le plus retenu l’attention sur Ethereum cet été. Lors de la conférence téléphonique des core developers d’Ethereum du 31 août, il a été décidé que ce montant sera porté à 2 ETH par bloc lors du hard‐fork Constantinople, contre 3 ETH aujourd’hui.

Pour rappel ces ETH sont attribués à la personne ou le pool de mineurs qui trouve le bloc. L’inflation « monétaire » d’Ethereum va donc être réduite de 7 % à 4 % (environ). C’est la conclusion d’un long débat qui a duré quelques mois. Pour rappel, trois EIP (Ethereum Improvement Proposal) étaient sur la table :

  • EIP 858 proposait une réduction à 1 ETH / bloc
  • EIP 1234, une réduction à 2 ETH / bloc
  • EIP 1295, aucune réduction mais une réduction de la récompense attribuée aux mineurs pour les uncles et les nephews

Au final, c’est bien la proposition 1234, de compromis, qui a été choisie et qui devrait selon toute probabilité être acceptée par tous au moment du hard fork.

Les réactions ne se sont naturellement pas faites attendre, les mineurs et aficionados de l’école autrichienne dénonçant une politique monétaire hasardeuse voire une gouvernance centralisée, alors que les détenteurs d’ETH ont en général accueilli très favorablement cette décision !

Plus de hard‐forks et prise de Constantinople fin Octobre…

La prise de Constantinople, Domenico Tintoretto (1560 – 1635)

Au cours de ces discussions, la liste des EIP intégrés à Constantinople a été définitivement arrêtée et leur implémentation est déjà bien avancée. Il s’agit des EIP suivants :

Sans être totalement révolutionnaires, ces EIP devraient grandement faciliter la tâche des développeurs et réduire le poids de la blockchain pour les noeuds.

Il a également été décidé de planifier un hard‐fork tous les 8 mois, en y intégrant les EIP approuvées et prêtes techniquement à chaque deadline. Ceci doit favoriser une évolution « douce » du protocole. La bombe de difficulté sera ainsi repoussée de 12 mois (50 % de “marge”).

Et enfin : le prochain hard fork aura un nom plus facile à prononcer en anglais.

Tout semble donc se mettre en place pour un hard‐fork non‐contentieux fin octobre. Mais rien n’est joué tant que le hard‐fork n’est pas passé, conformément à la gouvernance informelle et non‐écrite d’Ethereum.

…mais le Proof of Stake et le sharding ne sont pas encore au coin de la rue

La nouvelle mascotte d’Ethereum

Le mois d’août fut aussi l’occasion de confirmer ce qui se profilait depuis un certain temps : l’abandon de l’implémentation de Casper en mode « minimal » et le passage au projet « Shasper » (combinant Casper et Sharding — cf. cette série de tweets de Vitalik) va entraîner un (nouveau) report de la prochaine mise à jour majeure et du passage au proof of stake. Les articles les plus récents sur le sujet évoquent la mise en œuvre des « beacon chains » en 2019, mais pas de déploiement complet avant 2021. Les informations les plus à jour sont dans les notes des Ethereum 2.0 implementer call et sur ethresear​.ch.

Ce report a cependant un aspect positif : il est très largement dû à l’arrivée massive de développeurs sur le protocole (et à la confusion qui s’ensuivit !). Ces arrivées ont largement été favorisées par les « grants » de la Fondation Ethereum : plus de 11 millions de dollars ont été attribués aux projets liés à la mise à l’échelle et à l’infrastructure d’Ethereum. L’Ethereum Community Fund n’est pas en reste, Status et Aragon non plus. Ces efforts devraient rapidement porter leurs fruits et gageons que les solutions finalement déployées seront d’excellente qualité !

En attendant, focus sur les solutions de mise à l’échelle en « niveau 2 » (layer 2) !

Vitalik l’a dit : les solutions de niveau 1 (couche “blockchain” principale) doivent seulement évoluer jusqu’à un point, avant de laisser la place aux architectures de second niveau. Dont acte, suivi d’un peu de lecture qui synthétise un peu les différentes solutions en développement et d’une autre intitulée « les state channels pour les bébés ».

Là aussi, l’actualité fut très fournie, avec de gros progrès dans les implémentations Plasma d’OmiseGo, Loom, un début de Plasma en Vyper, une explication simple de Plasma Debit, les payment channels de Bloom, les state channels de Counterfactual, une collaboration sur les state channels entre Celer et L4, la sortie en PoC de Etherships, et Raiden qui approche doucement mais surement de la première version publique. On ne sait presque plus où donner de la tête… mais on devrait y voir plus clair dans quelques mois lorsque les solutions performantes se dégagent.

Quelques actus de dApps et un gain faramineux à FOMO3D !

Les dApps commencent doucement à sortir du bois et ConsenSys liste 40 applications qu’on peut utiliser dès aujourd’hui, même si le nombre d’utilisateurs n’est pas encore considérable. L’une des exceptions notables est FOMO3D, une pyramide de ponzi géante qui se définit comme une « une expérience sociale psychologique sur l’avidité ». Le concept de base : une clé est en vente pendant 30 secondes. Si vous êtes le dernier à acheter la clé (personne n’achète pendant les 30 secondes suivant votre achat), vous empochez l’argent dépensé par tous les acheteurs précédents. Le gagnant de la première manche a reçu plus de 1000 ETH en déployant une stratégie passionnante pour tromper les « bots » qui ont été rapidement programmés pour le jeu. Description de l’événement par l’excellente newsletter Token Economy.

Mais aussi : Toshi a été renommé Coinbase Wallet, Augur a atteint les 1000 marchés ouverts. iExec parle des dApps développées sur sa plateforme. Les DAI multicollatéralisés seront lancés le 17 septembre. On peut s’inscrire comme artiste sur Ujo. ETHBerlin encourage ses participants à utiliser des dApps pour chaque cas d’usage pendant le hackathon. Golem passe en beta 0.17.0. Et beaucoup d’autres choses.

Et en français ?

Mois d’août calme en France selon la tradition :

Pour aller plus loin

Mises à jour du mois

Dates à retenir

En France

Dans le reste du monde

*Engagement non‐contractuel. S’il manque quelque chose d’important dans ce résumé, merci de l’indiquer en commentaires ou en passant par le formulaire de contact.

Simon Polrot

Fondateur du site et rédacteur. Directeur de LGO Exchange. Passionné par le projet Ethereum, les smart-contracts et les DAOs depuis 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer