Interview de Vitalik Buterin, créateur d’Ethereum et Président de la Fondation (partie 2 sur 2)

Simon Polrot

Fondateur du site et cofondateur de la société VariabL. Passionné par le projet Ethereum, je m'intéresse plus particulièrement à ses impacts sur la société contemporaine.

3 réponses

  1. 25 mai 2016

    […] [1]  « L’idée derrière le sharding est qu’à la place d’avoir chaque nœuds du réseau qui vérifie toutes les transactions, on réunit ces transactions en groupes et on attribue ces groupes aléatoirement à des sous-groupe de nœuds, qui sont chargé de les vérifier. Ensuite, seul un hash du bloc et le « state » est ajouté dans une « header chain » qui est vérifiée et téléchargée par tous les nœuds. En théorie, si le mécanisme de sélection aléatoire des nœuds est bien sécurisé, une personne qui veut attaquer la blockchain devrait alors contrôler plus de 40 % du réseau pour compromettre un seul shard (sous-groupe). Et ce fonctionnement permet au réseau de traiter de nombreux groupes de transactions en parallèle, ce qui améliore sensiblement la rapidité de traitement des transactions. A long terme, il sera possible de concevoir un système dans lequel il n’y aura aucune limite au nombre de transaction que le réseau pourra traiter. Le réseau deviendra de plus en plus puissant pour chaque nouveau node participant… » – Vitalik Buterin (source : ethereum-france.com) […]

  2. 26 mai 2016

    […] [1]  « L’idée derrière le sharding est qu’à la place d’avoir chaque nœud du réseau qui vérifie toutes les transactions, on réunit ces transactions en groupes et on attribue ces groupes aléatoirement à des sous-groupe de nœuds, qui sont chargés de les vérifier. Ensuite, seul un hash du bloc et le « state » est ajouté dans une « header chain » qui est vérifiée et téléchargée par tous les nœuds. En théorie, si le mécanisme de sélection aléatoire des nœuds est bien sécurisé, une personne qui veut attaquer la blockchain devrait alors contrôler plus de 40 % du réseau pour compromettre un seul shard (sous-groupe). Et ce fonctionnement permet au réseau de traiter de nombreux groupes de transactions en parallèle, ce qui améliore sensiblement la rapidité de traitement des transactions. A long terme, il sera possible de concevoir un système dans lequel il n’y aura aucune limite au nombre de transaction que le réseau pourra traiter. Le réseau deviendra de plus en plus puissant pour chaque nouveau node participant… » – Vitalik Buterin (source : ethereum-france.com) […]

  3. 31 mai 2016

    […] [1]  « L’idée derrière le sharding est qu’à la place d’avoir chaque nœud du réseau qui vérifie toutes les transactions, on réunit ces transactions en groupes et on attribue ces groupes aléatoirement à des sous-groupe de nœuds, qui sont chargés de les vérifier. Ensuite, seul un hash du bloc et le « state » est ajouté dans une « header chain » qui est vérifiée et téléchargée par tous les nœuds. En théorie, si le mécanisme de sélection aléatoire des nœuds est bien sécurisé, une personne qui veut attaquer la blockchain devrait alors contrôler plus de 40 % du réseau pour compromettre un seul shard (sous-groupe). Et ce fonctionnement permet au réseau de traiter de nombreux groupes de transactions en parallèle, ce qui améliore sensiblement la rapidité de traitement des transactions. A long terme, il sera possible de concevoir un système dans lequel il n’y aura aucune limite au nombre de transaction que le réseau pourra traiter. Le réseau deviendra de plus en plus puissant pour chaque nouveau node participant… » – Vitalik Buterin (source : ethereum-france.com) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer